Divulgation Cosmique: Le Message pour l’Humanité

Season 1, Episode 1


admin    14 juil. 2015

CD_Promo_E1MessageHumankind.jpg

DW : Nous interviewons un homme vraiment remarquable, Corey Goode, âgé de 45 ans, originaire du Texas. Et actuellement vous vivez encore au Texas. Et ce qu’il a fait ici, c’est se présenter en tant qu’informateur initié et partager avec moi beaucoup d’informations au sujet de ce qui se passe vraiment, en coulisses, dans ce qui est appelé le gouvernement secret et les programmes militaires secrets, ainsi que leur développement et l’industrialisation de notre système solaire. C’est une histoire vraiment remarquable, parce que j’ai interviewé des dizaines d’informateurs depuis des années, ayant parfois une habilitation aux documents secrets 35 niveaux au-dessus de celle du président des États-Unis. J’ai gardé cachées environ 90% de ces informations. Premièrement, parce que la vie de certaines personnes serait en danger. Deuxièmement, je ne voulais pas publier de choses qui m’empêcheraient ensuite de pouvoir déterminer qui étaient les véritables informateurs. Corey est arrivé, et non seulement il était informé de ces 90%, mais également il avait beaucoup d’autres pièces du puzzle que je recherchais. Je savais qu’il y avait des choses que les gens ne me disaient pas. Et maintenant tout converge. Alors Corey, bienvenue à l’émission. Merci d’être ici.

CG : Merci.

DW : Je sais que ce que vous êtes sur le point de nous dire est tellement hors norme, que beaucoup de gens auront vraiment des difficultés à l’accepter, particulièrement s’ils n’ont pas déjà des connaissances dans ce domaine. Alors au lieu de les prendre par la main et d’avancer petit à petit, entrons directement dans le vif du sujet. Pouvez-vous nous donner rapidement une vue d’ensemble de votre implication, de ce que vous avez vécu dans tout ce programme spatial?

CG : OK. Pour moi, cela a commencé à l’âge de six ans, quand j’ai été engagé dans ce qui est appelé le programme MILAB (Military Abduction). J’ai été identifié comme un Intuitif Empathique.

DW : Qu’est-ce que cela signifie exactement?

CG : Intuitif, vous avez une profonde intuition des choses qui sont probablement sur le point de se produire.

DW : Une capacité psychique?

CG : Oui, une capacité de précognition. Et Empathique, c’est avoir une connexion émotionnelle forte avec les autres autour de vous. Vous pouvez ressentir ce qu’ils ressentent et vous connecter à eux émotionnellement. C’étaient des compétences recherchées. Puis j’ai été entraîné, et cela a été amélioré. Cela a été amélioré à un tel point que, lorsque j’ai eu 12 ou 13 ans, moi-même et quelques personnes qui avaient été entraînées avec moi, nous avons été engagés dans un programme où nous avions un rôle appelé soutien IE (Intuitif Empathique), pour la délégation de la Terre dans une ‘super fédération’. C’était une fédération regroupant un grand nombre de fédérations ETs (extraterrestres), qui se rencontraient pour discuter de la ‘grande expérimentation’.

DW : Quelle était cette ‘expérimentation’? Que faisaient ces ETs?

CG : Il y avait un groupe de 40 ETs d’apparence humaine, qui étaient presque toujours présents, et quelquefois il y en avait 60. Il y avait 22 programmes génétiques qui se déroulaient.

DW : Qu’est-ce que cela signifie? Qu’est-ce qu’un programme génétique?

CG : Des programmes où ils combinaient et manipulaient leur génétique et la nôtre.

DW : Tout cela était en cours ?

CG : Oui, et cela continue encore maintenant. C’était à propos de cela. Les délégués terrestres avaient tenté de faire partie de ces rencontres depuis longtemps. Ils ont finalement pu obtenir un siège. En tant qu’Intuitifs Empathiques, nous étions assis avec eux, nous ne savions pas ce qui se passait. Parce que tout cela était discuté dans ce langage extraterrestre ancien, qui est vraiment monotone et que nous ne comprenions pas. Et une partie des discussions se faisait de façon télépathique. Alors nous étions simplement assis là, et on nous donnait cet appareil, une espèce de tablette de verre ‘intelligente’, un peu comme un ‘iPad’, qui nous donnait en fait accès à la base des données ET. On nous disait de garder nos esprits occupés en regardant toute cette documentation, et cela nous aidait pour nos capacités d’Intuitifs Empathiques à détecter le danger ou la supercherie.

DW : Quel genre de choses pouviez-vous voir sur ces tablettes?

CG : Ils voulaient principalement que nous regardions les informations concernant ces 22 expérimentations génétiques en cours, mais nous avions accès à toutes sortes d’autres informations. Suivant les intérêts de chacun, nous pouvions accéder à toutes sortes d’informations. J’en ai vu tellement, c’est un peu comme de penser à vos années d’université, tous les livres que vous avez lus et toutes les informations que vous avez parcourues. Quelle quantité avez-vous retenue? Vous comprenez, quelque chose comme cela. Il y avait tant d’informations.

DW : Y a-t-il eu une question que vous avez posée à laquelle vous ne pouviez pas avoir de réponse, où cela disait simplement, je ne sais pas?

CG : Non. Nous avions accès à pratiquement toute l’information qui était disponible. Vous pouviez trouver des choses que la délégation humaine, notre groupe, n’avait pas à sa connaissance. Presque toutes les informations nous étaient accessibles.

DW : À quoi ressemblait l’écran? Etait-ce similaire à un ‘iPad’?

CG : Non, cela ressemblait presque à un simple morceau de plexiglas. Rien de remarquable à première vue. Si on l’avait jetée par la fenêtre et que vous l’aviez trouvée dans un champ, vous l’auriez prise mais vous n’auriez rien remarqué de spécial. Vous la prendriez dans votre main, mais vous auriez alors à l’activer, avec une composante mentale. Et cela s’afficherait dans votre propre langue. Vous auriez accès à la base de données au moyen de votre mental, et cela vous montrerait ce que vous voulez. Cela montrerait des textes, des images, des vidéos. Les vidéos et les images étaient d’une certaine façon holographiques, c’est-à-dire qu’elles ressortaient un peu de l’écran. Je veux dire, elles ne sortaient pas complètement de l’écran, comme dans une projection holographique, ce que certains pourraient penser. Mais il y avait un peu de cette profondeur de vue holographique, en trois dimensions.

DW : Pouviez-vous voir vos mains à travers le verre de l’appareil?

CG : Non.

DW : Alors cela s’obscurcissait d’abord?

CG : Exactement. Oui, cela devenait complètement opaque, ou noir, avant de commencer à produire des images et du texte.

DW : Y avait-il un pare-feu de sécurité … si vous posiez certaines questions, il y avait un message disant que ce n’était pas autorisé ou quelque chose comme ça?

CG : Comme je l’ai dit, il était très rare d’avoir un écran bleu ou quelque chose qui vous montrait que vous n’aviez pas accès. Presque tout était ouvert et nous avions ces mêmes appareils à bord du vaisseau de recherche qui nous donnaient accès à nos propres bases de données.

DW : C’est donc une technologie très répandue, une fois que vous faites partie des programmes spatiaux?

CG : Oui. Il y avait aussi de très grands écrans, qu’ils utilisaient lors des conférences et des démonstrations.

DW : Vous avez donc trouvé beaucoup d’informations sur ces tablettes, bien évidemment. Une information vous a-t-elle sauté aux yeux, vraiment significative et qui vous a choqué, malgré tout ce que vous aviez déjà appris?

CG : C’était vraiment intéressant car c’était … les informations étaient présentées … ici je reviens à l’analogie de l’université … comme si c’était 22 mémoires de fin d’études en compétition les uns avec les autres. Chacun de ces programmes d’expérimentations génétiques présentait ses informations de cette manière. Ils étaient quelque peu en compétition entre eux. Ils ne travaillaient pas main dans la main.

DW : Est-ce que ces expérimentations impliquaient ces extraterrestres humanoïdes…

CG : Oui.

DW : … des combinaisons de leur ADN avec le nôtre, ce genre de choses?

CG : Oui, ils manipulaient notre ADN. Il y avait aussi une composante spirituelle. Ils sont très impliqués dans une partie de l’expérimentation. Ce n’est pas seulement ‘eux’ expérimentant sur ‘nous’, ils font aussi partie de cette Grande Expérimentation.

DW : Avaient-ils un but? Pourquoi font-ils cela? Pourquoi s’y intéressent-ils?

CG : Je ne le sais pas. Je ne sais pas s’ils font cela simplement parce qu’ils le peuvent, ou s’ils essayent de créer une sorte d’être supérieur. Mais beaucoup ne le faisaient pas … pourquoi essayeraient-ils de combiner les meilleures parties de leurs génétiques, et ensuite nous manipuler, ainsi que notre civilisation, pour nous maintenir rabaissés?

DW : Depuis combien de temps ce programme est-il en action, pensez-vous?

CG : Ces 22 programmes, ils ont débuté à des moments différents. Mais la manipulation génétique de ce que nous sommes a commencé il y a 250 000 ans au moins.

DW : Wow.

CG : Mais ces programmes, leurs durées varient entre 5 000 ans … ils ont tous des durées différentes.

DW : Ce que font ces gens, cela ne ressemble pas à ce voudraient les gouvernements secrets de la Terre, ou les gouvernements élus. Pourrions-nous les arrêter?

CG : Je ne le pense pas. Ce n’est que récemment que nous avons quémandé et pu obtenir un siège à leur assemblée, pour faire partie de la discussion.

DW : Alors, ces extraterrestres seraient-ils orientés négativement, ou davantage neutres, pas vraiment de type bienveillant?

CG : Cela dépend de votre point de vue. Tout est une question de perspective. Il est difficile de dire que tel groupe est positif, que tel autre est négatif, parce ce que ce qu’ils font, ils le considèrent comme quelque chose de positif.

DW : Sur votre site web, vous avez parlé de quelque chose appelé le LOC. Pouvez-vous nous dire ce que c’est?

CG : Le ‘Lunar Operation Command’ (Commandement des Opérations Lunaires) est une installation, sur la face cachée de la Lune, qui est une sorte d’installation diplomatique neutre, à laquelle tous les différents programmes spatiaux ont accès, et qu’ils peuvent utiliser. Il y a quelques personnes qui sont là en permanence et qui y travaillent, mais c’est plutôt une zone de transit. Les gens y vont et viennent à tout moment, pour aller plus loin dans le système solaire et au-delà, vers d’autres stations, d’autres bases ou pour se rendre à leurs vaisseaux.

DW : Pourriez-vous nous décrire votre parcours, à partir du moment où vous êtes chez vous, et que finalement vous vous retrouvez sur un vaisseau de recherche dans notre système solaire, juste une vue d’ensemble.

CG : J’étais transporté au milieu de la nuit, depuis ma maison, par des moyens conventionnels jusqu’à la base de l’armée de l’air Carswell. Sous cette base, dans une zone secrète, il y a un ascenseur qui descend très profondément. Beaucoup de gens sont au courant du système de trains souterrains qui parcourent les États-Unis.

DW : J’ai entendu des informateurs appeler cela la navette souterraine.

CG : Oui c’est un système de navettes. Cela ressemble à un monorail, passant dans un tube, comme un train Maglev (train à sustentation magnétique) et le tube est sous vide. De là, j’étais amené dans un autre endroit, où j’étais transporté au LOC, par l’intermédiaire de ce que certains pourraient appeler une technologie de type ‘Stargate’, ou une technologie de ‘portail’. J’arrivais alors au LOC, au Commandement des Opérations Lunaires. Ensuite, je prenais place dans un vaisseau ressemblant à une manta.

DW : De la forme d’une raie?

CG : Oui, un vaisseau semblable à une grande raie. Avec beaucoup d’autres personnes avec moi. Nous étions ensuite transportés, à partir de la Lune, plus loin dans le système solaire.

DW : Il y avait donc une sorte de hangar au Commandement des Opérations Lunaires?

CG : Oui, il y avait une série de hangars. C’était le hangar le plus vaste.

DW : OK, ce vaisseau était grand, combien mesurait-il?

CG : Environ 600 personnes pouvaient y prendre place.

DW : Wow, c’est énorme.

CG : Oui, et il nous a emmené à notre destination.

DW : Combien de temps êtes-vous resté au LOC avant d’embarquer dans le vaisseau en forme de raie manta?

CG : Cela n’a pas pris beaucoup de temps. J’avais des papiers à signer, même si légalement j’étais trop jeune pour signer des papiers officiels. On m’a expliqué que j’étais engagé pour 20 ans. Ils appelaient cela le ‘20 et retour’.

DW : Est-ce que cela avait un air futuriste, comme dans la série télévisée ‘Star Trek, Next Generation’? À quoi cela ressemblait-il?

CG : Principalement des couloirs étroits et des portes ordinaires, pas comme dans Star Trek, des portes qui, ‘swish’, se ferment en glissant. Ce n’était pas aussi avancé que cela.

DW : Alors si vous aviez pu filmer l’intérieur, vous auriez pu facilement convaincre quelqu’un que ce n’était là qu’un bâtiment ordinaire?

CG : Oh oui, absolument.

DW : A quoi ressemblait le hangar? Avait-il quelque chose de spécial?

CG : Cela ressemblait beaucoup à une installation navale, comme un quai pour sous-marins ou un hangar pour avions, un mélange des deux.

DW : Une fois embarqué dans la ‘raie manta’, combien de temps a duré le vol?

CG : Entre 30 et 40 minutes.

DW : Et qu’est-il arrivé ensuite?

CG : Ensuite, j’ai vu le vaisseau de recherche auquel j’avais été affecté pour la première fois.

DW : Combien de temps êtes-vous resté à bord de ce vaisseau?

CG : J’ai été affecté à ce vaisseau de recherches pour six ans.

DW : Et vous avez dit que la durée complète de votre service était de 20 ans?

CG : Oui.

DW : Pour quelle raison vous ont-ils gardé sur ce vaisseau seulement six ans?

CG : Ma compétence d’Intuitif Empathique était nécessaire dans d’autres programmes, alors j’ai fait partie de nombreux autres programmes, durant le reste de ces 20 ans.

DW : Pouvez-vous me donner un exemple d’un de ces programmes?

CG : Un exemple serait le programme d’Interception et d’Interrogation des Intrus.

DW : Pouvez-vous définir ce qu’est un ‘intrus’?

CG : Quelqu’un qui arriverait dans le système solaire ou dans l’atmosphère de la Terre sans être y être invité, ou sans permission.

DW : Et vous pouviez vraiment appréhender ces gens et leur poser des questions?

CG : Il y avait une équipe, faisant partie de ce programme, qui pouvait le faire. J’étais présent durant les interrogatoires, en tant qu’Intuitif Empathique.

DW : Et comme vous l’avez dit auparavant, vous essayiez de détecter toute tromperie?

CG : C’est cela. Quelquefois, lorsque vous communiquez avec ces autres êtres, cela s’appelle servir d’interface. Quelquefois, je devais servir d’interface, et d’autre fois j’étais là juste pour les ‘lire’, lire leurs émotions, et voir s’ils étaient sincères, comme un détecteur de mensonge humain.

DW : La conscience fonctionne d’une façon assez identique, pour que vous puissiez ‘lire’ les extraterrestres, de la même façon qu’avec les humains, plus ou moins?

CG : Absolument.

DW : Donc vous avez quitté ce programme après les 20 ans de service.

CG : À part quelques fois où j’ai dû revenir pour un travail de suivi, mon contrat était quasiment terminé.

DW : Sur votre site, vous avez mentionné qu’il y a cinq factions dans le programme spatial secret. Pouvez-vous nous définir brièvement ce que sont ces cinq factions et nous expliquer un peu ce qui les différencie les unes des autres?

CG : Bien sûr. Je vais commencer avec celle qui est la plus ancienne, qui s’appelle ‘Solar Warden’ (Gardiens du système solaire). Ce groupe a débuté à la fin des années 70, et durant les années 80, à l’époque du SDI, ‘Strategic Defense Initiative’ (Initiative de Défense Stratégique), juste avant et après la présidence de Reagan. Ensuite il y a ICC, ‘Interplanetary Corporate Conglomerate’ (Conglomérat des Entreprises Interplanétaires), qui comprend des entreprises venant de partout dans le monde, ayant des représentants dans un comité de direction, qui contrôle l’infrastructure des programmes secrets qu’ils ont dans l’espace, qui est énorme. Il y a ensuite ‘Dark Fleet’ (la Flotte Noire), qui est très secrète et travaille principalement à l’extérieur du système solaire. Il y a aussi différents programmes spatiaux militaires de type ‘Black Ops’ (opérations clandestines), que nous regroupons dans une faction. Finalement, il y a ‘Global Galactic League of Nations’ (Ligue Galactique Mondiale des Nations), ce programme spatial est comme une ‘friandise’ offerte à tous les autres pays, afin qu’ils maintiennent ce voile de secret sur ce qui se passe dans l’espace. L’explication qu’ils ont reçue est que ‘il y a certaines menaces, ou des invasions possibles venant de l’espace, et nous devons nous rassembler et travailler ensemble’. Dans leur installation que j’ai visitée quelque fois, cela ressemblait beaucoup à l’émission télévisée ‘Stargate Atlantis’, un environnement très décontracté, des gens qui se promènent vêtus de combinaisons, portant des insignes de différents pays du monde. Ils sont presque complètement à l’extérieur du système solaire, aussi.

DW : Vous avez souvent mentionné le mot ‘Alliance’ et je pense que cela peut créer de la confusion.

CG : Il y a d’abord l’Alliance Terrestre. Ils ont des buts complètement différents. Leur intention est de créer en fait un nouveau système financier et d’éliminer la ‘cabale’ et d’autres choses qu’elle a en projet. Ensuite il y a l’Alliance Spatiale, qui est formée de gens en provenance de la faction Solar Warden, et de transfuges des autres programmes spatiaux secrets. Tous ces transfuges ont quitté les programmes dans lesquels ils travaillaient et ont apporté avec eux leurs vaisseaux, leurs informations et se sont joints à l’Alliance des programmes spatiaux secrets.

DW : Quelle est la suite d’événements qui vous a amené à devenir lanceur d’alerte, et qui a entrainé ce que nous voyons maintenant, cette impulsion vers la divulgation?

CG : J’ai été contacté par un groupe ET réel, de densité très élevée, qui est maintenant connu sous le nom d’Aviens Bleus.

DW : Le mot ‘Avien’ signifie oiseau?

CG : Oui, oiseau.

DW : Pouvez-vous nous les décrire?

CG : Ils mesurent environ 2m40. Ils ressemblent beaucoup à des oiseaux. Ils ont une couleur entre bleu et indigo, avec des plumes.

DW : Vous avez dit ressemblant à des oiseaux, cependant, est-ce vraiment des oiseaux, avec des ailes?

CG : Non, ils n’ont pas d’ailes. Ils ont un torse très humain, des bras, des mains, des pieds…

DW : Alors ils sont humanoïdes. C’est comme une tête d’oiseau sur un corps humain?

CG : Oui, mais ils n’ont pas un long bec, comme beaucoup de gens essayent de les décrire sur Internet. C’est un bec vraiment doux, flexible et lorsqu’ils parlent, ils emploient d’abord un langage des signes avec les mouvements d’une main. Ensuite ils utilisent leur bouche, et ils communiquent par télépathie.

DW : Alors, qui sont ces Aviens Bleus? D’où viennent-ils? Ont-ils des intentions?

CG : Les Aviens Bleus m’ont dit qu’eux-mêmes, ainsi que d’autres Êtres avec qui ils travaillent, viennent de la 6e à la 9e densité et que…

DW : Qu’est-ce qu’une ‘densité’?

CG : Tout ce qui nous entoure est fait de matière, d’énergie. Les pensées sont faites entièrement de vibrations. Et ils viennent de vibrations ou de fréquences différentes.

DW : Alors, c’est comme un autre plan d’existence?

CG : Exactement.

DW : Est-ce que cela se trouve quelque part dans la galaxie ou dans l’univers, ou bien est-ce autour de nous?

CG : Ce n’est pas sur une planète très, très éloignée, se trouvant près du centre de la galaxie ou quelque chose comme ça. C’est tout autour de nous. C’est en même temps très près et très éloigné.

DW : Et quelles sont leurs intentions? Pourquoi sont-ils ici?

CG : Ils sont ici depuis un certain temps. Ils nous observaient, mais ils sont là parce que … nous nous déplaçons dans une partie de la galaxie, où il y a des énergies très élevées qui vont changer la densité de notre système solaire et de notre amas local d’étoiles.

DW : Est-ce quelque chose qu’ils vous ont dit, ou bien les programmes spatiaux en ont-ils des preuves tangibles?

CG : Nous en avons des preuves tangibles dans les programmes spatiaux. Cela a été étudié depuis un certain temps, mais c’est également quelque chose qu’ils m’ont dit.

DW : OK. Si nous allons dans une densité différente, que vous disent ces Aviens Bleus au sujet de ce qui arrivera à la vie humaine, telle que nous la connaissons maintenant?

CG : Que nous allons traverser une expérience de transformation qui nous changera, principalement au niveau de la conscience.

DW : À quoi cela ressemblera-t-il? Aurons-nous plus de capacités psychiques et télépathiques?

CG : Oui, mais il y a beaucoup de théories. On ne m’a pas dit que nous pourrons faire ceci ou cela. J’ai entendu de nombreuses théories différentes. Je ne sais pas si cela arrivera à tout le monde en même temps, ou s’il y a certaines personnes, plus évoluées spirituellement, qui commenceront à montrer ces signes avant les autres. Je n’ai pas toutes les réponses. Je ne suis pas un gourou. Je n’ai vraiment pas toutes les réponses.

DW : Alors, ces Aviens Bleus agissent-ils pour notre plus grand bien, ou ont-ils un but caché? Comment savez-vous que nous pouvons leur faire confiance?

CG : Ils ont sans aucun doute une polarité positive. D’après la compréhension que j’ai des êtres de 6e densité ou plus, ils ne sont pas orientés vers un but, comme dans les projections que nous essayons de leur appliquer. Dans la manière de pensée de la 3e ou la 4e densité, tout ce que nous faisons est orienté vers un but. C’est pour faire de l’argent. C’est pour manipuler les gens afin qu’ils fassent ou qu’ils pensent comme nous. Nous ne pouvons pas projeter cela sur un être de densité supérieure et dire qu’ils vont se comporter ou penser de la même façon. Ils sont là avec ces sphères géantes, pour aider à diffuser ces vagues d’énergie qui entrent comme un tsunami énorme dans notre système solaire, et ils diffusent cette énergie pour que nous n’en recevions pas trop à la fois, et nous donner plus de temps pour nous préparer.

DW : S’ils n’utilisaient pas ces sphères, qu’arriverait-il, selon vous?

CG : Beaucoup de gens deviendraient fous et il y aurait beaucoup de chaos.

DW : Lorsque vous mentionnez ces sphères, que regardons-nous? Les gens ne voient pas de sphères dans leurs télescopes.

CG : Non. Ils existent également dans une autre densité, et beaucoup de gens pensent que ce sont des vaisseaux géants. Et je suis presque certain, après mes nombreux voyages à l’intérieur d’une de ces sphères, que ce sont ces mêmes sphères, mais à un niveau macroscopique géant. Ces petits Êtres des Orbes sont aussi ces sphères géantes.

DW : Que sont les Êtres des Orbes?

CG : C’est l’un des cinq groupes d’Êtres de l’Alliance des Sphères, et ils sont ceux qui ont la densité la plus élevée.

DW : Vous avez donc rencontré en personne ces Aviens Bleus?

CG : Oui. Mon nom a été mentionné et j’ai été choisi comme délégué, pour participer aux communications entre ce groupe et le Conseil de l’Alliance des programmes spatiaux secrets, et aussi pour parler en leur nom avec cet ancien Conseil de la ‘Super Fédération’, où je siégeais en tant que soutien IE (Intuitif Empathique), lorsque j’étais adolescent. J’ai tenté de me retirer de cette position de délégué. Je ne parle facilement en public. Ma voix est faible. J’ai donné toutes sortes de prétextes, de raisons pour lesquelles je ne devais pas être délégué. J’ai donné ces excuses après avoir été amené à l’une de ces sphères massives dans l’espace, où j’ai rencontré cet Avien Bleu appelé Raw-Tear-Eir. Au moment où j’essayais d’expliquer mes raisons de ne plus être délégué, il s’est approché très près de moi, a mis sa main sur mon avant-bras, et a communiqué avec moi télépathiquement, me disant que je devais lâcher prise sur tout ce qui était négatif, cesser de penser au négatif. Et sa main était très douce sur ma peau. Cela a été la seule fois où ils m’ont touché physiquement. Ensuite il m’a dit que ce qui est important, c’est le message.

DW : Quel est leur message?

CG : Leur message pour l’humanité est que … et c’est le principe de nombreuses religions … nous devrions devenir plus aimants. Nous devrions pardonner, à nous-mêmes et aux autres, arrêtant ainsi la roue du karma. Nous devrions nous concentrer pour essayer d’être plus au service des autres, chaque jour. Et nous devrions nous concentrer pour élever nos vibrations et notre conscience.

DW : Bon, il y a beaucoup de commentateurs agressifs qui écrivent des articles disant que l’élite veut nous diriger vers une religion mondiale unique. Comment pourrions-nous savoir si ce n’est pas encore une ‘PSYOP’ (opération psychologique) pour essayer de nous faire marcher au pas, sous l’emprise de nouveaux contrôleurs?

CG : Eh bien, voici ce qu’ils ont dit, et je l’ai publié sur mon site web, c’est que vous n’avez pas besoin de changer votre foi ou votre religion. Vous pouvez en faire usage … ces convictions résident dans toutes les principales religions. Ce n’est pas vraiment quelque chose de nouveau. Le temps est court. Cela doit être fait. Nous devons commencer à nous concentrer … si vous êtes un chrétien, si vous êtes un musulman, si vous êtes un bouddhiste, vous pouvez le rester. Cela peut demeurer votre foi.

DW : Donc ils n’essayent pas d’apparaître en tant que nouveau Dieu?

CG : Absolument pas. Et l’une des choses sur laquelle ils ont insisté, c’est que je dois m’assurer que cela ne devienne ni un culte ni une religion. Je ne connais pas toute l’histoire à ce sujet, mais apparemment ils ont fait trois autres tentatives dans le passé. Et chaque fois leurs messages ont été déformés, les humains les ont utilisés afin de contrôler, les transformant en cultes et religions.

DW : Bien évidemment nous ne faisons que commencer. Ces informations sont vraiment fascinantes et je veux dire que, personnellement, cela valide tellement de choses que j’ai étudiées depuis beaucoup d’années, faisant tout mon possible pour les soutenir par des faits scientifiques. Nous avons donc encore beaucoup de choses à discuter. Nous ne faisons que commencer, mais je suis très content que vous ayez décidé de faire ceci et de vous présenter publiquement. Je vous honore pour votre courage et votre bravoure. Je sais que vous avez deux enfants. Vous avez quitté un emploi très bien rémunéré, pour faire ceci. Alors c’est vraiment quelque chose de considérable de vous présenter ainsi et je l’apprécie vraiment. Alors, merci à vous Corey.

CG : Merci.

DW : Très bien.


Politique d’utilisation : S’il-vous-plaît, ne publiez qu’un tiers de cet article et ajoutez un lien pour cette page, pour la suite du texte. Vous pouvez citer des portions de l’article. Il serait grandement apprécié que ceux qui publient cette information suivent ce critère.

Loading...